Sadomasochisme – Est-ce une maladie ?

Le Sadomasochisme est considĂ©rer comme une pratique sexuelle dĂ©gradante et mĂȘme une maladie pendant un temps. Cette pratique garde un certain mystĂšre. DĂ©goutante et Ă©prouvante pour certains, mais intrigante et mystĂ©rieuse pour d’autres. Nous allons donc vous expliquer en quoi consiste cette pratique.

Le sadomasochisme : qu’est-ce que c’est ?

On pet dĂ©finir le sadomasochisme comme une pratique sexuelle oĂč l’emploi de la domination, la douleur et l’humiliation. Le but Ă©tant de parvenir Ă  atteindre le plaisir. Cette dĂ©finition du sadomasochisme Ă©voque l’existence de deux partenaires.  D’une part, celui qui a un dĂ©sir de soumission pour le masochisme. Et celui qui a un dĂ©sir de domination Ă  savoir le sadisme sexuel.

Mais alors, quelle est la profonde diffĂ©rence entre le sadisme et le masochisme ? Le sadisme est la partie la plus problĂ©matique de cette pratique. Et c’est la raison pour laquelle elle est difficilement acceptable. Dans les dĂ©rives les plus fortes, le sadomasochisme extrĂȘme peut arriver Ă  des agressions ou viols par exemple. On remarque que c’est le cas des individus qui possĂšdent une personnalitĂ© briser.

Est-ce que le sadomasochisme est une maladie ?

Si l’on se base sur L’Ă©tude du masochisme dans la psychologie, ce n’est pas une maladie. Elle est considĂ©rĂ©e comme une excentricitĂ© sexuelle. “Tous les goĂ»ts sont dans la nature“, on ne peut donc reprocher rĂ©ellement l’existence de cette pratique. Ou encore condamnĂ© les personnes qui la pratique. NĂ©anmoins, il est important de rappeler que si elle n’est pas interdite, elle est assez risquĂ©e. C’est pour cela que le consentement entre les partenaires est primordial.

Sadomasochisme – Les causes de cette pratique

Les raisons qui peuvent amener vers cette pratique sexuelle sont assez nombreuses :

  • La simple curiositĂ©. Certaines personnes peuvent se demander ce que cela peut apporter. Ce que peuvent ressentir les personnes qui s’adonnent Ă  cette pratique. Ou encore comment savoir si je suis masochiste ? L’homme Ă©tant un animal curieux par nature, cela pourrait l’intriguer. Et en essayant certaines personnes y prennent goĂ»t et se laissent happer dedans.

  • Le dĂ©sir de soumission. Pour le masochiste, le fait de se soumettre connote une idĂ©e de faiblesse. Cela se traduit par un certain manque de confiance en soi selon certains psychologues. Effectivement, la personne qui se soumet perd toute possibilitĂ© de se diriger. Il n’est plus obligĂ© de se penser par lui-mĂȘme. Dans une sociĂ©tĂ© comme la nĂŽtre oĂč chaque dĂ©cision compte, ou vous ĂȘtes sous une pression constante, cette pratique est vue comme un moyen rĂ©crĂ©atif. La personne peut en effet le temps de ce moment sortir de son rĂŽle et en endosser un autre pour Ă©vacuer sa pression interne et sa frustration.

  • Le dĂ©sir de domination. Le dĂ©sir de domination et de pouvoir prĂ©sent chez le sadisme connote un dĂ©sir de contrĂŽle. Dans la majoritĂ© des cas, on suppose que cette personne est loin d’ĂȘtre Ă©panouie. Certains psychologues avancent que ce dĂ©sir de dominer et d’infliger de la souffrance suppose que la personne lui-mĂȘme ressent de l’oppression. Alors pour s’affirmer, et donc sortir de cette version de lui opprimĂ©, il devient l’oppresseur.

Le sadomasochisme – Est-ce une Pratique saine ?

On peut ĂȘtre assez mitigĂ© sur cette question. Dire ouvertement que cette pratique n’est pas saine c’est la qualifier de perversion narcissique. Et dire qu’elle est saine revient Ă  ouvrir la boĂźte de pandore. On peut avancer le fait que cela va surtout dĂ©pendre des partenaires.

AssurĂ©ment, en l’absence de consentement cela peut ĂȘtre rĂ©ellement dangereux pour le masochiste. Il se peut qu’il tombe entre les mains d’une personne mal intentionnĂ©e et que la pratique dĂ©rive. Il sera alors en danger car les atteintes corporelles sont celles qui marquent cette pratique. D’autant plus que le tortionnaire pourrait dĂ©passer le consentement de sa victime qui devra subir.

La position de Krafft-Ebing et Freud

Les noms de Richard Von Krafft-Ebing et de Sigmund Freud ont des places importantes dans la dĂ©termination du sadomasochisme. Ils se sont penchĂ©s sur l’Ă©volution de cette pratique Ă  travers l’histoire. Leurs objectifs Ă©tant de voir la relation entre l’excitation sexuelle et la abus ou la violence.

L’analyse de Richard Von Krafft-Ebing

Selon son analyse, le sadisme et le masochisme sont les deux faces d’une mĂȘme piĂšce. Ils sont considĂ©rĂ©s par ce dernier comme des anomalies sexuelles complĂ©mentaires. Le sadisme selon lui trouve son plaisir dans la soumission vis-Ă -vis de son partenaire. Tandis que le masochisme prend plaisir Ă  dominer et Ă  commettre un abus sur l’autre.

L’approche de Sigmund Freud

Comme pour son homologue, Freud a tout d’abord insistĂ© sur la complĂ©mentaritĂ© entre les deux dans l’analyse du sadomasochisme sur le plan sexuel. Selon lui, il ne suffit pas de dire que ce sont de simples anomalies. Ils sont bien plus complexes que cela. Les fantasmes du sadomasochisme en ce qui concerne le sexe sont diffĂ©rents de ce que l’on pourrait qualifier de normal.

Dans son approche, il a mis en avant le fait qu’il y ait une double identification. D’une part pour le tortionnaire et d’autre part pour la victime. L’utilisation du terme victime rend le tout assez compliquĂ© car cela pourrait supposer qu’il n’est pas rĂ©ellement consentant. Hors les deux devraient ĂȘtre sur la mĂȘme longueur d’onde pour que cela soit rĂ©ellement un plaisir partager.

L’idĂ©e contemporaine sur le Sadomasochisme

L’approche actuelle est bien diffĂ©rente. En effet, aussi bien pour l’homme que pour la femme le sadomasochisme vendu dans une video sur Tukif ou un film est une rĂ©alitĂ©. La comprĂ©hension du point de vue social est celle qui intrigue les scientifiques.

Comment le masochisme peut-il avoir du plaisir en souffrant ? Mais c’est quoi un masochiste ? La personne qualifiĂ©e de masochiste est une personne qui prend plaisir Ă  se sentir dominĂ©e. Ce type de personne peut se mettre en danger dans certains cas. Des pervers narcissiques pourraient en effet profiter de cela.

La vision de la société sur le sadomasochisme

Pour la sociĂ©tĂ© cela reste une pratique assez controversĂ©e. Etant donnĂ© que le fait d’avoir mal ou d’infliger de la douleur Ă  une autre personne est assez mal vu. L’initiation au sadomasochisme par l’accessoire ou lire un livre sur le sujet n’aide pas. La pratique Ă©tant dans le sens contraire du courant pensĂ©e ou du bon sens pour la majoritĂ©. L’idĂ©e de vivre et laisser vivre Ă©tant difficilement accepter dans cette situation.

Est-ce que le Pervers narcissique est un adepte du Sadisme ou un masochiste ?

Cette question mĂ©rite d’ĂȘtre posĂ©e au vu du caractĂšre du pervers narcissique et de la personne adepte de sadisme. Cette idĂ©e de vouloir infliger de la douleur et de dominer une autre personne reviennent dans les deux cas. Les deux pouvant avoir des effets non nĂ©gligeable sur la victime.

La nuance qu’il faut faire est la suivante. Un pervers narcissique aura en effet souvent tendance Ă  avoir des dĂ©sirs de sadisme envers la personne qu’elle contrĂŽle. Alors qu’une personne ayant des pulsions de sadisme n’est pas forcĂ©ment un pervers narcissique. Il se peut que cette derniĂšre utilise uniquement cela comme un exutoire de la pression quotidienne qu’il ressent.

Afin de ne pas faire d’amalgame et de vous retrouver sans confus si vous ĂȘtes adepte de cette pratique. Mais vous avez des doutes sur la nature de votre partenaire. Un psychologue pourra vous aider Ă  vous situer et Ă  analyser votre situation. Un point de vue extĂ©rieur et professionnel est toujours utile.

Cristina Balan

Laisser un commentaire